Pléiade, tome 2,
trad. Philippe Jaworski, 2016

Folio
, traduction et préface de Philippe Jaworski, 2016, 592 p.

Quatrième de couverture : Martin Eden, un marin de vingt ans issu des quartiers pauvres d’Oakland, décide de se cultiver pour faire la conquête d’une jeune bourgeoise. Il se met à écrire, et devient un auteur à succès. Mais l’embourgeoisement ne lui réussit pas… Désabusé, il part pour les îles du Pacifique. Ce magnifique roman paru en 1909, le plus riche et le plus personnel de l’auteur, raconte la découverte d’une vocation, entre exaltation et mélancolie. Car la réussite de l’œuvre met en péril l’identité de l’écrivain. Comment survivre à la gloire, et l’unir à l’amour, sans se perdre soi-même? Telle est la quête de Martin Eden, le marin qui désire éperdument la littérature.


Libretto, trad.
Francis Kerline, postface Linda Lê, 2010, 464 p. (voir un entretien avec Noël Mauberret, responsable de la publication de 39 livres de London aux éditions Phébus)

Quatrième de couverture :
Martin Eden, le plus autobiographique des romans de Jack London, est le récit d’un écrivain né dans les bas-fonds, homme de rien basculé dans la bourgeoisie qui croit tenir sa revanche sur la vie…
C’est aussi la rencontre d’un homme et d’une femme ; l’occasion enfin de découvrir le vrai visage de Jack London, une personnalité rare à la source de notre modernité. Son œuvre, dont Martin Eden est le point d’orgue, a fasciné des millions de lecteurs.


trad. Claude Cendrée,
10/18, 1997, 448 p., texte intégral ici

Quatrième de couverture : Martin Eden, le chef-d'œuvre de Jack London, passe pour son autobiographie romancée. Il s'en est défendu. Pourtant, entre l'auteur et le héros, il y a plus d'une ressemblance : Martin Eden, bourlingueur et bagarreur issu des bas-fonds, troque l’aventure pour la littérature, par amour et par génie. Mais sa chute sera à la mesure de son ascension vers le succès : vertigineuse et tragique…


10/18 collector, 2017
Édition de poche collector avec couverture à rabats

La première édition américaine de Martin Eden, 1909

Martin Eden a d'abord paru en feuilleton dans The Pacific Monthly (magazine d'opinion consacré à la politique, la culture, la littérature, publié mensuellement à Portland) de septembre 1908 à septembre 1909, puis en volume chez The Macmillan Co, New York, septembre 1909 : voir le début de ce feuilleton avec le texte original de la longue annonce éditoriale et du premier épisode.

Martin Eden, Denis Lapière et Aude Samama, Futuropolis, 2016

Voir le site présentant une bibliographie sur Jack London

Jack London (1876-1916)
Martin Eden (1909, publié en France en 1921)

Nous lisons ce livre pour le 24 avril 2020, en plein confinement.
Le groupe breton le lit également et prépare aussi sa rencontre à distance...

DES INFOS SUR MARTIN EDEN ET JACK LONDON
  Le roman Martin Eden
Le texte de Martin Eden en ligne en différents formats
Le résumé des 45 chapitres
Les traductions
Des films adaptés de Martin Eden
Une BD : Martin Eden
Des adaptations théâtrales de Martin Eden
Quelques articles sur Martin Eden
Jack London et son
œuvre
Des repères sur le parcours de Jack London
Les œuvres de Jack London
Des films sur Jack London à voir de chez soi

Des émissions de radio
Des biographies
Des sites
 
•LE ROMAN MARTIN EDEN
 
Le texte de Martin Eden en ligne en différents formats :
  - en version originale sur gutenberg
- traduction de Claude Cendrée sur bibliothèque électronique, sur bibebook, sur ebooks, sur bouquineux
 
Le résumé des 45 chapitres

 

Pour se remémorer les péripéties du roman, chapitre par chapitre.
 
Les traductions

 

Trois traductions sont actuellement disponibles en poche (il en existe d'autres, d'anciennes éditions) :
- de Claude Cendrée en 1921 (10/18)
- de Francis Kerline en 1993 (Libretto)
- de Philippe Jaworski en 2016 (Folio et Pléiade)
Voir la comparaison des premières pages ICI.
La première phrase de Martin Eden selon 7 traductions
  -1909 : "The one opened the door with a latch-key and went in, followed by a young fellow who awkwardly removed his cap".
- 1921 : "Arthur ouvrit la porte avec son passe-partout et entra, suivi d'un jeune homme qui se découvrit d'un geste gauche." (Claude Cendrée)
- 1948 : "Quelqu'un ouvrit la porte avec un passe-partout et entra suivi d'un jeune homme qui, gauchement, retire sa casquette." (Madeleine Follain)
- 1955 : "Arthur ouvrit la porte avec son passe-partout et entra, suivi d'un jeune homme qui se découvrit d'un geste gauche." (Claude Sirven)
- 1975 : "Il s'avança vers la porte, ouvrit avec un passe-partout et entra. Le garçon qui le suivait, encore très jeune, enleva sa casquette d'un geste gauche." (Jean Muray)
- 1993 : "L'homme ouvrit la porte avec une clé et entra, suivi d'un jeune gaillard qui retire sa casquette avec gaucherie." (Francis Kerline)
- 2010 : "Le quidam ouvrit la porte avec une clé et entra, suivi d'un jeune gaillard qui retira sa casquette avec gaucherie". (Francis Kerline) voir les premières pages lues par Denis Podalydès ici
- 2016 : "Le type mit une clé dans la serrure et entra, suivi d'un jeune gars qui ôta sa casquette d'un geste gauche." (Philippe Jaworski)
Retraduire Jack London
  - "Publier Jack London aujourd’hui : retraduire ? Réviser les traductions ? Le point de vue du directeur de collection", Noël Mauberret, Palimpsestes, n° 15, 2004, "Pourquoi donc retraduire ?"
 
Des films adaptés de Martin Eden
  - 1914 : Martin Eden de Hobart Bosworth
- 1918 : Pas né pour l'argent de Nicandre Tourkine
(aucune copie restante)
- 1942 : The Adventures of Martin Eden de Sidney Salkow
- 2019 : Martin Eden de Pietro Marcello
(visible en VOD 4,99€ ici par exemple)
 


   1914                                                 1942                                        2019              

 
Une BD
  Martin Eden, Denis Lapière et Aude Samama, Futuropolis, 2016
 
  À noter pour les fans d'Hugo Pratt : Corto Maltese rencontre Jack London en Mandchourie, dans le tome 1 - La jeunesse, paru en 1981.
 
Des adaptations théâtrales
 

- Martin Eden, adapté et mis en scène par Jean-Louis Sarthou, au Studio d'Ivry, en tournée de 1976 à 1978.
- La pièce Martin Eden sera reprise par le Théâtre de l’Épi d’or, dans une mise en scène de Patrice Fay, de 1992 à 1996, à Paris et au Festival d’Avignon.
- Martin Eden, créé en 1978 à Tourcoing, mise en scène de Gildas Bourdet, création collective à partir du roman par le Théâtre de la Salamandre, jouée de 1976 à 1978 (Liège, TNP Villeurbanne....)
- Martin Eden, adaptation de Véronique Boutonnet, devait être joué en mai 2020 par la Compagnie Les âmes libres, au Théâtre Essaion, mise en scène de Richard Arselin

À la scène, mais sous une autre forme artistique, le rappeur Nekfeu fait référence au roman dans "Martin Eden", premier titre de son premier album Feu, sorti en 2015. Extrait :
C'est sur la Seine que les premières lueurs du matin déteignent
L'humanité meurt depuis qu'on a quitté le Jardin d'Éden
On a le rêve dans le cœur, le cauchemar dans les veines
Plus je monte et plus je m'identifie à Martin Eden

 
Quelques articles sur Martin Eden (divers : littéraire, politique, philosophique)
  - "Martin Eden : Jack London", Jean Montenot, magazine Lire, n° 479, octobre 2019
- "Le roman comme analyseur du conflit social : une lecture sociologique de Martin Eden", Federico Tarragoni, Actuel Marx, revue internationale d'études marxistes, PUF, n° 65, 2019
- "Martin Eden ou la quête du bonheur en Amérique", Michèle Émond, revue Horizons philosophiques, vol. 14, n° 1, automne 2003
- "Martin Eden ou le désenchantement romantique d'un écrivain réaliste", Anne Wicke, Cahiers Charles V, n° 26, juin 1999 (revue dédiée aux études anglophones en France)

Et aussi : la préface au roman dans l'édition Folio, par Philippe Jaworski qui a dirigé l'édition des œuvres de Jack London en Pléiade.
 
•JACK LONDON ET SON ŒUVRE
 
Des repères sur le parcours de Jack London
  - 1876 : Naissance à San Francisco de John (pas encore Jack) Griffith London. Sa mère, Flora Wellman, abandonnée par son amant qui ne voulait pas d'enfant, tente de se suicider. Quelques mois après, elle épouse John London, un veuf, père de deux enfants. Plus tard, pour le distinguer de ce père, on appellera l'enfant Jack.
- 1880-1892 : Nombreux déménagements autour de la baie de San Francisco. Flora est spirite, donne des leçons de piano. John travaille la terre. Flora est instable, fière d'être une Américaine de vieille souche. Elle ne sait pas gérer l'argent de la famille. Jack lit avec passion, fait des petits boulots, fréquente les voyous du port d'Oakland, découvre l'alcool et le travail dans l'industrie. Il devient pilleur d'huîtres, travaille ensuite pour la patrouille de pêche.
- 1893 : Jack s'embarque sur le Sophie Sutherland pour aller chasser le phoque au large des côtes du Japon. Il en tirera la matière de son premier récit : Un Typhon au large du Japon. Il va travailler dur dans les usines, puis suivre les vagabonds le long des voies de chemin de fer. Il participera à la marche des chômeurs sur Washington et sera emprisonné à Niagara Falls pour vagabondage. Il devient socialiste et lit beaucoup Nietzche, Darwin, Spencer. Il écrit mais ne publie rien.
- 1897 : C'est la ruée vers l'or du Klondike. Jack London y participe. Il ne trouve pas d'or, attrape le scorbut, est rapatrié au printemps 98. Il trouve chez les chercheurs d'or, les trappeurs et les Indiens une vraie source d'inspiration. Il publie alors sa première nouvelle sur le Grand Nord : À l'homme sur la piste. Le recueil Le fils du loup est un succès. Jack se marie, il aura deux filles.
- 1902 : Jack London part pour Londres, passe trois mois avec les travailleurs pauvres, les sans-logis et les chômeurs. Il en ramène un livre hallucinant : The people of the abyss, titre que l'on peut traduire par Le peuple de l'abîme ou Le peuple d'en bas.
- 1903 : Énorme succès de son livre The Call of the Wild qui sera vendu à six millions d'exemplaires. En français, ce livre peut s'intituler L'appel de la Forêt ou L'appel sauvage. Jack se sépare de sa femme, il a rencontré Charmian Kittrege. Il écrit Le loup des mers. La mer est son second pôle d'inspiration.
- 1904-1905 : Scandales. Jack fait souvent la une de la presse. Correspondant de guerre en Corée, il est expulsé par les Japonais. Il soutient les révolutionnaires russes et publie La guerre des classes. Il divorce et se remarie avec Charmian. Il écrit Croc Blanc. C'est encore un succès énorme.
- 1906 : Il se fait construire un bateau, le Snark, et commence un tour du monde qui s'arrêtera en Australie. Là, il sera soigné pour plusieurs maladies tropicales. Il écrit Martin Eden.
- 1909 : Jack, malade, rentre en Californie où il s'occupe de son ranch, continue à militer par des conférences sur le socialisme qui font scandale, et boit toujours. Il se fait construire une magnifique maison, "La maison du Loup", qui brûle la veille de son inauguration. Il entreprend un voyage autour du Cap Horn.
- 1913 : John Barleycorn, son autobiographie d'alcoolique paraît. Le livre servira de "bible" aux tenants de la prohibition.
- 1916 : Jack voyage à Hawaï et démissionne du parti Socialiste qu'il trouve trop "tiède".
-
22 novembre 1916 : Atteint d'urémie, il meurt après avoir pris une forte dose de médicaments. (Pour un développement très intéressant et illustré de cette biographie, voir le site d'où ce résumé est tiré, l'Association des amis de Jack London)
Les œuvres de Jack London
  Romans - Nouvelles - Écrits autobiographiques - Essais et écrits non fictifs - Correspondance (non traduits en français : théâtre et poèmes)
Les œuvres sont très nombreuses ; on peut consulter des listes :
- sur le site Jack London
- sur wikipedia
- sur le site Gallimard, la liste des œuvres
dans les 2 tomes de la Pléiade
- le catalogue des 39 titres publiés par Phébus
 

Des films sur Jack London à voir de chez soi

  - Un biopic de 1943 : Jack London d'Alfred Santell, d'après le livre de la seconde femme de London The Book of Jack London de Charmian London, noir et blanc, 1h34, en ligne ici mais sans sous-titres
- Un documentaire : Jack London, l'enfant secret du rêve californien, série Un siècle d'écrivains, film écrit par Michel Le Bris, réalisé en 1994 par Michel Viotte,45 mn, en ligne ici
- Un documentaire-fiction : après ce documentaire, en 2016, Michel Viotte tourne au Canada, aux États-Unis et en Polynésie un film retraçant la vie de Jack London, Jack London, une aventure américaine, Arte, 1h 36 (version de 2 x 52 min), avec David Tournay et Angelica Sarre. Celui-ci obtient le prix du meilleur film biographique au Wine Country Film Festival de Californie en 2017. Voir un article élogieux du Monde le présentant. En location 2,99€ sur Arte ici.
Michel Viotte a prolongé cette exploration de l'univers de Jack London à travers :
   › une exposition dont il est commissaire "Jack London dans les mers du Sud", créée en 2017 au Centre de la Vieille Charité (Marseille) et reprise en 2018 au Musée d'Aquitaine (Bordeaux). Entretien à France Culture.
   › deux ouvrages, Les vies de Jack London et Jack London dans les mers du Sud : l'Odyssée du Snark, parus aux éditions de la Martinière.
 
Des émissions de radio
  - En priorité : France Culture, La Compagnie des auteurs, 4 émissions d'une heure sur Jack London, par Matthieu Garrigou-Lagrange, 17 au 20 octobre 2016 1/4 : " La force vitale de Jack London" - 2/4 "Martin Eden, double de Jack London ?" - 3/4 "Les idées derrière les mots" - 4/4 "Une philosophie de la vie"
  - Les Nuits de France Culture, nuit spéciale Jack London, 10 au 11 décembre 2016 (de minuit à 6h30), par Albane Penaranda, avec rediffusion de plusieurs émissions et trois entretiens en direct avec Noël Mauberret et Michel Viotte, tous deux spécialistes de l'auteur :
› 1/3 "Le style de Jack London est un étonnant mélange de Maupassant et Rimbaud", 35 min
› 2/3 "Jack London a été à l'origine de la modernité des lettres américaines avec Mark Twain", 35 min - émission particulièrement intéressante
› 3/3 Romans préférés, l'Association des Amis de Jack London, exposition sur Jack London, 9 min
› "Jack London dans la ruée vers l'or", Nuits magnétiques, avec Francis Lacassin, par Jean-Pierre Milovanoff et Mehdi El Hadj, 22 février 1985, 1h30
›"J'aime mieux être un météore superbe plutôt qu'une planète endormie", Une vie, une œuvre, par Geneviève Ladouès, 14 décembre 1989, 1h30
- France Culture, série "Jack London, naissance d'un écrivain", 8 épisodes d'une demi-heure, novembre 2016, par Yves Simon, auteur de Jack London : le vagabond magnifique
- France Inter, Le Temps d'un bivouac,"Les mille et une vies de Jack London", par Daniel Fiévet, 16 août 2017, 54 min
 
Des biographies
  - Francis Lacassin, Jack London ou l'écriture vécue, Christian Bourgois, 1994
- Jennifer Lesieur, Jack London, Taillandier, 2008, Prix Goncourt de la Biographie ; Libretto, 2012
- Yves Simon, Jack London : le vagabond magnifique, éd. Menges, 2009
- Bernard Fauconnier, Jack London, Folio biographies, 2014
 
Des sites
  - jack-london.fr animé par Noël Mauberret, président de l'Association des Amis de Jack London et directeur de collection aux éditions Phébus, où il a supervisé la réédition des œuvres complètes de Jack London.
- jack-london.net site américain animé par Helen Darcy Abbott, descendante d'une des deux filles de Jack London et sa première épouse, Elizabeth Maddern

 

 

Nos cotes d'amour, de l'enthousiasme au rejet :

grand ouvert

¾ ouvert
ouvert à moitié
ouvert ¼
fermé !
passionnément
beaucoup
moyennement
un peu
pas du tout

 

 

Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens