Extrait du site Le Soir (2017)

Quatrième de couverture :

« L’Algérie dont est originaire sa famille n’a longtemps été pour Naïma qu’une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ?
Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu’elle ait pu lui demander pourquoi l’Histoire avait fait de lui un "harki". Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l’été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l’Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ?
Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l’Algérie, des générations successives d’une famille prisonnière d’un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d’être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales.
»

Sur l'une des réimpressions de ce roman, il y a une erreur d’impression : la page 286 est remplacée par un doublon de la page 275. Voici la bonne page 286 ICI.


Prélude supposé à la conquête de l’Algérie, la scène mythique entre le pacha turc Hussein Dey et le consul français Pierre Deval, l'Affaire de l'éventail aurait été le casus belli qui provoqua le blocus maritime d'Alger par la marine royale française en 1827.

Alice Zeniter
L'Art de perdre (2017)

Nous lisons ce livre pour le 9 mars 2018.
Voici quelques repères sur l'auteure et ses œuvres.

Formation
- Née en 1986 d’une mère normande et d’un père algérien kabyle, elle vit dans la Sarthe jusqu’à 17 ans.
- Khâgne au lycée Lakanal à Sceaux. En 2006, entre à la Sorbonne Nouvelle en même temps qu'à l'Ecole Normale Supérieure. Master d'études théâtrales, suivi de trois ans de thèse sur le dramaturge britannique Martin Crimp durant lesquels elle enseigne aux étudiants de la licence. Elle vit presque trois ans en Hongrie où elle enseigne le français en tant que lectrice. Abandonne son doctorat, pour se consacrer à ses activités artistiques.

En tant que dramaturge ("je suis dramaturge dans les deux sens : le sens français qui est d’écrire des pièces de théâtre et le sens allemand qui est d’être spécialiste du texte auprès d’un metteur en scène et d’une équipe de théâtre")
-
Assistante-stagiaire à la mise en scène en Hongrie dans la compagnie théâtrale Kreatakor.
- Collabore à plusieurs mises en scène de la compagnie Pandora.
- Travaille en 2013 comme dramaturge pour la compagnie Kobal't.
- Collabore à l'écriture de Fever, une adaptation du roman de Leslie Kaplan, réalisée par Raphaël Neal en 2015.
- A écrit deux pièces, Spécimens humains avec monstres (lauréate de l'Aide à la création du CnT en 2010) et Trilogie inachevée, jouées et mises en espaces à plusieurs reprises, ainsi qu'un spectacle musical jeune public Un Ours, of course ; le conte musical Un Ours, of course ! a été publié chez Actes Sud en 2015.

Romans
- 2003 (premier roman publié à 16 ans) : Deux moins un égal zéro, éd. du Petit Véhicule
- 2010 : Jusque dans nos bras, Albin Michel (Le livre de poche, 2011)
- 2013 : Sombre Dimanche, Albin Michel, prix du Livre Inter (Le livre de poche, 2015)
- 2015 : Juste avant l'oubli, Flammarion, prix Renaudot des lycéens (J'ai lu, 2016)
- 2017 :
L'Art de perdre, Flammarion, prix littéraire du Monde, prix Goncourt des lycéens.

 

 

Nos cotes d'amour, de l'enthousiasme au rejet :
à la folie
grand ouvert
beaucoup
¾ ouvert
moyennement
à moitié
un peu
ouvert ¼
pas du tout
fermé !

 

 


Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens