Nathalie F


Mon rapport à la littérature s'exprime dans le titre d'une œuvre d'Emmanuel Carrère : "D'autres vies que la mienne". Grâce à elle, j'ai pu être tour à tour un zek cherchant à se procurer de la kacha, un juif du shtetl ou du ghetto, un pensionnaire d'un lycée pour garçons de Lima, une charcutière des Halles ou une blanchisseuse de la Goutte d'Or, un travailleur volontaire à Tchernobyl.

Mais surtout, grâce à la littérature j'ai pu faire connaissance d'une jeune fille parisienne de mon âge (quand j'avais cet âge), que j'aurais tant voulu connaître, dont je porte à jamais le souvenir en moi et qui m'accompagne chaque jour*. Comme le monde eut été plus riche si elle avait pu y vivre !

Souvent je pense aux gens qui ne lisent pas (et ils sont si nombreux) et je me dis, comme triste et étriquée doit être leur vie, eux qui n'en ont qu'une seule ! A quoi pensent-ils ?
Peut-être à gérer les problèmes matériels de la vie, ce qui me fait certainement défaut, la faute (en partie) à la littérature !

*Hélène Berr, Journal

Juin 2017


Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens