Mark Twain
Les aventures de Huckleberry Finn

Garnier-Flammarion

 

Annick L
Mark Twain, c’est un peu une mythologie de la littérature de jeunesse. J’en attendais beaucoup de ce livre mais la lecture m’a barbée, j’ai trouvé le livre ennuyeux ; je suis très déçue. J’ai lu Tom Sawyer qui a plus de fraîcheur, plus de rayonnement. Ici, c’est la fatalité sociale, c’est sombre ! Ce qui magnifique en revanche c’est le fleuve ; où tout est possible. Sinon, le reste est laborieux. J’avais adoré l’année dernière Peter Pan qui m’avait emportée, mais là je n’ai pas du tout été emportée.

Geneviève
Je suis très contente de l’avoir lu car j’en avais beaucoup entendu parler. J’ai été prise dans l’histoire pour des raisons documentaires. Je l’ai lu en anglais ; du coup les parties parlées de Jim sont difficiles à lire ! Il faut « oraliser » car c’est un registre de langue très particulier ; la langue de Huck est très particulière également. Donc le livre est très intéressant d’un point de vue documentaire. C’est la même chose pour les deux escrocs qui ont leur propre langue. J’ai été très intéressée par le rapport de Huck avec Jim : rapport à la religion et à la morale. Huck est culpabilisé par l’idée d’avoir volé un noir car c’est gravissime ; Huck est très déçu par Tom Sawyer lorsqu’il lui propose de libérer Jim. J’ai été frappée par la naïveté des villageois face aux escrocs. Le livre est un peu long, surtout lorsque intervient Tom Sawyer. Dans l’ensemble j’ai été intéressée par l’aspect fondateur des rapports entre Noirs et Blancs. C’est un roman feuilleton ; c’est éternellement la même histoire !

Rozenn
Je n’ai pas lu Huck mais Tom Sawyer qui m’a beaucoup plu : j’ai aimé les superstitions, les fantômes, le monde de l’enfance.

Monique
J’avais lu Tom Sawyer lorsque j’étais enfant. J’ai lu 30 pages de Huckleberry Finn jusqu’au moment où il retrouve Jim. J’aime le ton et le second degré du livre. C’est un regard d’adulte à travers celui de l’enfant narrateur. J’ai lu les Palmier sauvages de Faulkner où intervient le Mississipi : c’est un peu ce que je retrouve dans livre : j’ai aimé tout ce qui concernait le fleuve ; l’inondation ; les superstitions. J’adore ce type d’humour.

Françoise D
Je l’ai lu en anglais ; du coup je n’ai pas tout compris à cause de la langue transcrite mais c’est ce qui donne du relief ; je pense que la traduction a dû être très difficile. J’ai sauté certain passages. La relation avec Jim est intéressante, elle est presque « innarable » ! Tout enfant qu’il est, il est quand même supérieur à Jim ; il a le contrôle sur lui ; tout en étant un substitut paternel d’où une certaine contradiction. J’ai moins aimé la partie où Tom Sawyer revient. Le livre me plaît lorsqu’on est dans le réel ; lorsque Huck et Jim sont sur le fleuve tout se passe bien ; c’est lorsqu’ils sont sur la terre que rien ne va plus. Dans mon édition, il y a une préface de Toni Morrisson où elle dit que le livre a failli être retiré des bibliothèques car politiquement incorrect ; le terme « nigger » qui est une insulte est souvent utilisé. Ce qui est intéressant dans ce livre, c’est la relation de Huck avec Jim.

Annick A
Je me suis arrêtée à la page 30 : je n’ai pas le courage de continuer ; jusqu’à maintenant, la lecture m’a beaucoup ennuyée ; je m’interroge sur la traduction. Je n’ai pas vu d’humour. Est-ce que les enfants d’aujourd’hui s’intéressent encore à Huck ?

Françoise D
Je découvre Mark Twain. J’ai lu la passionnante chronologie et j’ai rêvé du Mississipi grâce à l’introduction... Après, ce n’était plus la peine de lire le livre que je n’ai finalement pas lu...

Manu
J’ai lu les première pages jusqu’à la rencontre de Jim. J’ai surtout le souvenir de Tom Sawyer et Huckleberry Finn par les adaptations pour la télévision que je regardais enfant et qui m’avaient beaucoup plus ! Je n’ai pas eu besoin de lire le livre pour connaître l’histoire mais je suis quand même content qu’on l’ait proposé. Grâce à celles qui l’ont lu en anglais et ont apporté leur édition, je comprends mieux pourquoi ce livre reste fondateur pour un grand nombre d’écrivains américain. Je pense que Twain est un novateur par sa transcription de la langue parlée... Qui passe moins bien dans la traduction. C’est le témoignage d’une époque révolue.

Jacqueline
C’est moi qui ai proposé ce livre rien que pour le plaisir de le relire. Tom Sawyer était le héros de mon enfance. Ma mère adorait Huck ! Je l’ai relu dans la nouvelle traduction et j’ai adoré. J’ai aimé l’humour, j’ai tout trouvé formidable même si je ne connais pas la version en anglais. Je n’ai pas tellement apprécié la nouvelle traduction tant vantée par Le Monde. Mark Twain a écrit le livre en plusieurs fois ; Huck lui tenait à cœur. Huck Finn était dans Tom Sawyer un personnage de second plan et là, il devient le héros. J’ai aimé la vision du Mississipi, l’humour : on ne sait jamais où est exactement Mark Twain ; quelle est sa position ? Pour moi, la réapparition de Tom Sawyer c’est comme Don Quichotte : il voulait tant que tout se passe comme dans les livres.
Il fait la critique de sa propre littérature. C’est le fondement du roman américain.

Claire entre et
Je ne l'ai pas lu comme un livre de jeunesse... J'aime bien cette phrase : « Avoir été enfant, c’est comme avoir été roi il y a très longtemps d’un royaume très lointain. » Après la lecture de La Servante écarlate, ce livre m’a beaucoup plu ; j’ai aimé son humour. Mais sur le radeau, ça devient long... long... et répétitif. C’est un autre registre de grotesque avec les deux escrocs, ça devient BD. J’ai sauté beaucoup de pages et je n’ai pas aimé la réapparition de Tom Sawyer. Puis j’ai lu la préface qui permet de découvrir l'histoire du livre : il y a un tas d’informations sur la vie de l’auteur, devenu célèbre par ses conférences comiques. La préface fait valoir le projet de l’auteur : un livre sur le racisme, sur l'éveil d’une conscience. La préface replace aussi le livre dans son contexte historique, elle permet de comprendre l’importance du livre pour chaque Américain. Au chapitre 19, c'est vrai qu'il y a une magnifique description de la nature. Dans ce registre, comme dans celui de la BD..., Mark Twain prouve qu’il a un grand savoir-faire d’écriture.

Nicole 
J'ai beaucoup aimé, bien que certaines scènes soient un peu longues. Cette aventure d'Huckleberry et cette amitié initiatique avec Jim sont très touchantes, sans être mièvres. Plusieurs épisodes sur le fleuve ne dépareraient pas un roman actuel, en particulier les conseils commerciaux. Il y a aussi l’Histoire de France, revue et corrigée, et les tragédies shakespeariennes, un vrai régal de lecture.
J'ai particulièrement aimé la création des étoiles où déjà créativisme et évolutionnisme étaient en débat, d'actualité non ? : "on se couche sur le dos et on regarde les étoiles ; on discute pour savoir s'il y a quelqu'un qui les a faites, ou si elles se sont trouvées là comme çà. Jim disait qu'il y avait quelqu'un qui les avait faites, moi je prétendais qu'elles s'étaient trouvées là comme çà, parce que s'il avait fallu les faire cela aurait pris trop de temps ; Jim pensait que c'était peut-être la lune qui les avait pondues, et ça me paraissait assez raisonnable, car j'avais vu une grenouille pondre des œufs en quantité – donc ça peut se faire... »


Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens

On a rencontré Huckleberry Finn dans Les Aventures de Tom Sawyer où il figurait parmi les personnages principaux du roman. Cette fois, c'est lui le héros. Huckleberry, Huck pour les amis, est un jeune vagabond livré à lui-même, son père, alcoolique et violent, ne faisant que de brèves apparitions dans sa vie. Au début de l'histoire, on le retrouve adopté par une veuve riche et charitable, qui tâche de faire de lui un gentleman. Un véritable défi pour qui connaît Huckleberry. Pourtant, le sauvageon se civilise, apprend à lire... mais son père réapparaît, et Huck prend la fuite, en compagnie d'un esclave noir.