Martine Sonnet
Atelier 62

Nous avons lu ce livre en octobre 2008.

Christine
Je l’ai lu dès sa sortie, attirée par la citation de Bergougnioux et les récits qui ressemblent à ceux de la collection « Terre humaine ». J’ai été très intéressée.
J’ai aimé l’alternance des récits d’enfance et des documents d’archives. On découvre l’artisan campagnard venant travailler à l’usine, l’arrivée de la famille en banlieue parisienne ; j’ai retrouvé mon vécu : la famille découvre le confort, la découverte des voisins de palier, les bruits, les femmes au foyer. Et la situation particulière de la dernière née, le silence de cet homme, en alternance avec le récit du travail à l’usine, la force des syndicats, les combats qu’ils mènent, la manipulation du PC, la différence entre Algériens et Français. La recherche sur les archives est remarquable, c’est difficile d’écrire un récit en partant d’archives. J’ai beaucoup aimé aussi les titres des chapitres très parlants, le travail d’écriture (« Le bois comme un délassement du métal »...)

Françoise G.
Ce livre a cheminé pour moi. Au début j’étais réticente, le style me heurtait. J’étais obligée de revenir parfois, ça m’arrêtait mais le sujet me captait, la difficulté disparaissait. J’ai relu et en fait ça m’a paru évident, alors que les phrases nominales m’irritent. Dans ce style, il y a la voix de l’auteur et la voix de tout le monde. Avec une grande authenticité, un gros travail qui rend bien comme ils étaient. La construction est attrayante : j’ai préféré les passages autobiographiques, c’est très beau, retenu, pudique, fort. Voix extraordinaire de ceux qui n’en ont pas, qui n’ont pas voix au chapitre, voix d’une époque. Je me suis revue petite fille, courant à la plage, j’ai revu les objets, les rituels. L’époque est posée dès la première page. Ce livre m’a beaucoup plu. C’est le livre d’une classe. Ses loisirs, l’ennui..., les attentes déçues, on tue le temps, on s’y reconnaît, c’est la vie ouvrière d’une certaine époque. J’ai été frappée par le passage sur les mains « écrasées, écrabouillées, broyées... », style très typique pour rapporter des faits très forts. J’ai adoré le courrier entre les parents pendant la séparation, utilisant l’ancien papier à en-tête de la forge du père. Il fait des voitures mais il n’en a pas, ne sait pas conduire, et plus tard il achètera une Juva 4 mais sans l’utiliser. L’auteure est sobre et efficace. La fin du livre est terrible et dynamique ; elle prend des photos qui ne sont pas utilisables et c’est ça qui déclenche l’écriture. Le livre naît de la disparition des photos. Ce livre m’a énormément émue. C’est un travail de linguiste sur la façon de parler de cette époque.

Françoise O.
Au départ j’ai été surprise par la présentation, j’ai comparé avec l’écriture d’Anne Gavalda. Je pressens sous-jacentes des fiches qui permettent d’écrire des choses très personnelles en conservant la distance. J’ai beaucoup apprécié, j’ai trouvé de la nostalgie pour ces lieux qui me sont familiers : Paris-Granville, les arrêts à Flers, Brioude, Argentan. Je suis souvent passée devant les usines Renault, et j’ai retrouvé le couvercle de la boîte de coquelicots. C’est un travail de mémoire extraordinaire, sur un sujet qui est resté dans le silence jusqu’ici. Je compare avec ce qui s’est fait à Arc-et-Senans où là aussi le travail était très dur.
On a gardé des lieux de mémoire dans certaines usines du Nord. Ce livre me paraît essentiel, c’est une opération de transmission. Merci.

Martine Sonnet
Pour ce travail là, il fallait être directement concerné.

Geneviève
Ce livre est une madeleine, pour chacun il représente quelque chose de personnel. Pour moi qui suis de Caen et d’une famille d’instituteurs, Céaucé est une région de ploucs ! J’y suis allée camper avec les scouts. J’ai retrouvé des expressions : « as-tu ton prêt ? » (Es-tu prête ?) J’ai été très sensible à l’ode au Père, celui qui ne parle pas mais qui marche ! La petite fille qui court derrière, la création de la bibliothèque de Clamart, il y a de très jolies pages à ce sujet. Mon père (87 ans) a beaucoup aimé ce livre. L’intégration des documents est très réussie. On y ressent une colère beaucoup plus efficace que si elle était exprimée comme telle, par exemple, dans le passage sur les brodequins. Je suis contente de lire ce livre. J’ai pensé à Annie Ernaux, elle aussi petite Normande, aux repas de famille... On avait l’impression d’une permanence, alors que tout était en train de changer ; ce monde a complètement disparu. Les documents unissent l’affectif et l’étayent.

Jacqueline
Ce livre est bouleversant, il évoque quelque chose chez chacun d'entre nous et pour moi ce sont des souvenirs personnels, encore en question, aussi m'est-il difficile d'en parler et je n'aurais pas proposé ce livre au groupe bien que je l'ai offert autour de moi.
Je l'ai lu en bibliothèque à sa parution. Loin d'être heurtée par l’écriture, j'ai été accrochée par ce qu'elle a de singulier et j'ai lu d'une traite, sans remarquer la construction, avec juste une retombée en retrouvant la langue factuelle des syndicats et sa difficulté à être entendue.
Vos remarques sur le travail de rédaction, fait dans ces textes syndicaux, évoquent pour moi le travail de mon père qui aurait pu être de ceux qui mettaient en forme ces communiqués. Ce livre m'oblige à réévaluer la distance que j'ai pu mettre avec son choix au retour de déportation, de devenir permanent communiste avec un salaire d'OS et avec son travail.
Dans une seconde lecture, j'ai vu la construction. C'est remarquable ! C'est une réponse à un problème de l'écriture, la manière dont on prend, on redonne, on transmet la parole.
Le livre est basé sur le silence des ouvriers, les pères ne parlent pas de leur travail. Comment reconstruire quelque chose que l'on a ignoré ?

Martine Sonnet
Je ne voulais utiliser que des traces écrites, sans passer par les témoignages des ouvriers, mon père n’ayant rien dit, je ne voulais pas que ce soit d’autres qui me racontent. J’ai voulu m’en tenir aux traces écrites.

Annick L
Je n’ai pas pu me procurer le livre, et c’est Geneviève qui me l’a prêté lundi, et j’ai dû le lui rendre mercredi, je n’ai pas pu le finir. J’ai été happée et bouleversée. Je n’ai pas pris tout de suite conscience de l’alternance des deux types de chapitres. J’ai apprécié le travail d’écriture, tissage très fin, on ne ressent pas d’hétérogénéité entre récit et document. J’ai aimé le passage sur l’installation de la bibliothèque qui représente la fin de l’ennui. Ça ne m’a pas évoqué de souvenirs personnels.

Annick A
Je l’ai lu mercredi soir quand j’ai su que je pourrai venir ce soir. Je l’ai lu d’une seule traite. J’ai été gênée par l’écriture, qui m’a obligée parfois à relire le début des phrases. J’ai été frappée par l’épisode où le père perd sa fille dans le métro. Ce qui m’a touchée, c’est cette recherche de l’histoire du père, la partie documentaire, politique m’a touchée, mais le père on ne le voit pas beaucoup. Le livre le restitue dans l’histoire, mais on reste à distance de lui. Ça vous a-t-il permis de vous le représenter autrement ?

Martine Sonnet
Oui ! Je l’ai perçu, mais mes parents s’occupaient peu de moi, c’était mes frères et sœurs. Après l’embauche dans l’usine, mon père disparaît tout à fait. Je n’ai pas demandé à avoir accès à son dossier personnel, j’ai respecté son silence.

Annick A
Ce qui est dit de l’ennui est bien écrit. Vous dites que ce n’est pas de l’histoire, mais de la littérature, mais quand même !

Martine Sonnet
Pour moi, c’est sur le même plan.

Annick A
J’ai visité l’atelier 62 lors d’un stage il y a longtemps. J’ai été très touchée par la liste des morts, c’est raide ! Ce qui concerne la vie c’est différent.

Martine Sonnet
J’ai la volonté d’être exhaustive. Jamais un historien n’aurait fait cela.

Françoise D
Ce livre m’a fait penser à celui d’Aurélie Filipetti Derniers jours de la classe ouvrière et à celui d’Alain Rémond Chaque jour est un adieu, chaque auteur parlant de son père. Contrairement au dernier livre cité, je n’ai pas ressenti le même affect. En revanche, j’ai été très intéressée par tout ce qui est dit sur Billancourt. En fait je suis tombée de ma chaise car dans ma jeunesse Renault était considéré comme le fleuron de l’industrie française, un modèle donc, du point de vue de l’industrie et du point de vue de l’action syndicale. On avait l’impression que la forte présence syndicale faisait que certes les ouvriers avaient des tâches très dures, mais au moins avaient-ils des conditions de travail correctes. Or, évidemment il n’en était rien, comme l’évoquent les passages sur les toilettes, les douches, les brodequins, la boisson, etc. Le travail de documentation sociologique est remarquable dans ce livre et l’écriture met à distance, ce que je comprends mieux maintenant après avoir entendu l’auteure ; la vie de son père se fond dans celle des autres, et c’est très bien. C’est pourquoi je ne comprends pas très bien l’affect exprimé par d’autres lecteurs. Pour moi, certaines parties autobiographiques (pas toutes) sont inutiles, le propos en perd de sa force. Mais j’ai beaucoup aimé l’écriture, elle va à l’essentiel, et la construction, qui créé un rythme et évite qu’on se lasse (peut-être).

Monique
Alors moi, j’ai préféré les passages autobiographiques. Les comptes rendus des réunions syndicales, c’est intéressant, mais un peu long. On imagine les conséquences sur la vie réelle. On voit la dureté de la vie de ces ouvriers, mais aussi la solidarité, ce qui me manque beaucoup dans ma vie professionnelle (à l’Education nationale). A cette époque il y avait beaucoup plus de solidarité entre les ouvriers. Cette voix collective qui s’élevait m’impressionne beaucoup. Je reste nostalgique de cette époque où existait une conscience collective. Cette richesse est en train de se perdre. J’ai été sensible à l’alternance entre la vie de l’ouvrier et celle de la famille, notamment celle des femmes, la mère, les sœurs qui font de la couture. La mère quand elle allait coudre dans les fermes ; puis les femmes qui vont à l’usine de textile ; toute cette vie à la campagne. La vraie vie du père c’est sa vie à la campagne avec ses savoir-faire qu’il tient à conserver, le cidre, le calva, le couteau... on imagine sa souffrance d’être délocalisé dans un autre mode de vie. Cette souffrance que doivent ressentir de nos jours les immigrés par rapport à ceux qui sont restés, obligés de mentir. Le salaire pourvoyait à la vie - le salaire payé en liquide - ça faisait partie de la dignité de l’homme. L’écriture est plus intéressante dans les passages autobiographiques, il n’y a pas toujours de vraies phrases ; c’est comme une caresse, si on explicitait trop, ça deviendrait douloureux.

Martine Sonnet n’est pas d’accord...

Monique
C’était une époque où on vivait sans les stéréotypes de la pub, la télé, on vivait plus en lien avec son entourage. Maintenant, les jeunes s’identifient aux héros des jeux vidéo... Je n’ai pas fini de lire le livre...

Brigitte
Il y a dès la deuxième page une île, bien attachée par deux ponts, qui représente bien le livre. Je suis frappée par ce personnage silencieux qui reste un mystère. C’était des gens issus d’une autre culture. Les métiers avaient un sens pour tout le monde, on voyait les métiers. Il est parti en 67, Renault a connu 68, il était aux avions Bréguet. J’ai vécu à Boulogne dans une famille très bourgeoise, pour nous c’était une île, il y avait des fermes, l’agent payeur distribuait l’argent avec une grosse sacoche. Je suis entrée au CNRS avec 800F ; j’étais responsable de la documentation en métallurgie, je suis allée en Pologne et sans jamais avoir jamais vu un haut-fourneau, je connaissais tous les termes, je pouvais traduire et faire moi-même la visite de l’usine...
Il y avait des gens qui travaillaient chez Renault et qui continuaient à habiter la Normandie avec les 3/8.

Claire
Je vais parler de moi aussi... J’ai rencontré sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle un ouvrier de Renault qui - comme sanction - avait été envoyé à l’atelier 62 comme mécanicien. Il m’a raconté qu’il y avait 5 forgerons, de l’eau froide non potable où on mettait le vin à rafraîchir. J’ai montré le livre à cet homme qui a connu le père de l’auteure et le reconnaît sur la photo ; il dit que oui, c’était comme ça. J’ai adoré ce livre. L’alternance du récit est très réussie, ça m’a évoqué Annie Ernaux, la façon dont elle met en valeur les expressions qui ramènent le passé, par exemple au début le pantalon rapiécé qui « vaut encore le coup ». L’écriture est scandée, les phrases nominales ça étonne, ça créé comme une langue, c’est un bloc de langue et d’écriture remarquables. Tout m’intéresse, même s’il y a des choses déjà connues. C’est parfaitement actuel concernant l’immigration : il y a bien un regroupement familial à Clamart. J'aime le montage en tissage. C’est l’histoire de la narratrice, du père, de Renault, mais le livre est aussi l’histoire de la reconstitution. La narratrice est entre la vache et le CNRS. Ça me rappelle aussi Une Année à la campagne de Sue Hubbel, simultanément au ras de la nature, de la perception sensuelle et de la pensée scientifique. Dans Atelier 62, le savoir de l’historienne lui permet de comprendre cette vie singulière.
Quant à Nicolas Frize, je l’ai rencontré, la piscine de la Butte rouge j’y suis allée, Le Bal de Penchenat, je l’ai vu dans ce théâtre... La Cité de la Plaine avait une école maternelle, ma mère en était directrice qui a vécu de près à la création de la bibliothèque de Clamart ; j’y étais inscrite...
Dans le livre, il y a une voix forte et à distance, cette voix est extrêmement sympathique. Il y a des moments qui me touchent, le rêve de la table avec les bulletins, et aussi les derniers mots « écrire avec », ça déclenche de l’émotion pour moi. C’est un grand livre !

Lill 
J'ai beaucoup aimé ce va-et-vient entre l'histoire socio-économique de cette seconde moitié du 20ème siècle (avec la mécanisation du monde rural entraînant une véritable révolution : disparition de certains métiers accompagnée de l'exode rural vers les grands ensembles et d'un changement complet des repères) et son implication directe dans la vie de famille de Martine Sonnet, par le biais du père.
L'écriture de ce livre est très particulière : elle possède un rythme, rapide, saccadé, dans lequel il faut entrer, (ce qui m'a demandé un peu de temps), et qui participe à l'atmosphère du livre (récit dramatique tout de pudeur et de retenue)
La brièveté des chapitres (un sujet précis par chapitre) et leur alternance (dénombrés en chiffres arabes ou romains, selon qu'ils se rapportent à Renault ou à la famille) font apprécier, avec précision, les conséquences directes de l'économie sur le social.
L'auteure, avec grand talent, mêle habilement, l'histoire de Renault-Billancourt à celle de sa famille. J'ai lu ce livre avec grand intérêt (un vrai documentaire, passionnant) et une vive émotion (l’histoire d'une famille, embarquée dans cette tourmente, vue de l'intérieur par l'un de ses membres). BRAVO !

Ensuite, échanges à bâtons rompus avec l’auteur.

Qui dira par la suite que cette soirée lui a donné la possibilité « de cerner mieux de quoi sont faites ces émotions ressenties à la lecture d'Atelier 62, souvent évoquées, mais sans autant de précisions sur les recoupements de mondes qui en sont à l'origine. »

Son site :
http://www.martinesonnet.fr/Site/Atelier_62.html

 


Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens

Quatrième de couverture :
Mariant la sensibilité la plus fine aux traces documentaires les plus brutes, Martine Sonnet croise mémoire collective et souvenirs familiaux dans un hommage à toute une génération d'ouvriers, celle de son père, artisan campagnard précipité dans la classe ouvrière par son embauche chez Renault à Billancourt dans les années 1950.